Le nucléaire

Le nucléaire

 

Tables des matières

 1. Introduction

 2. Description 

 3. Le nucléaire dans le monde

 4. Les centrales nucléaires Suisses

  4.1 Situation géographique et particularités de chaque centrale

  4.2 Les déchets nucléaires en Suisse et leurs traitements

5. L’arrête des centrales nucléaires en Suisse

   5.1. Les votations et pour quand

  5.2.  Sondages et leurs analyses

6. Conclusion

1.    Introduction

J’ai choisi de traité sur le nucléaire dans ce dossier car c’est un sujet actuel et qui m’intéresse énormément. Cela fait 40 ans que nous sommes entrés dans le nucléaire et comme le dit si bien Greenpeace : ‟ 40 ans, ça suffit ! ”.

A l’heure actuelle, en Suisse,  nous avons suffisamment de ressources et de technologie pour pouvoir produire une énergie verte. Seulement, il faut le vouloir et que le peuple suisse fasse des efforts. Parce que oui, effectivement, les éoliennes ainsi que les panneaux solaires ne sont pas très esthétiques.  La planète nous a donné de magnifique paysage, une merveilleuse nature et nous n’avons pas respecté ce qu’elle nous offrait, nous avons également fait des choses inesthétiques. Alors je trouve que le moindre que puisse faire l’humain, c’est de saturer un peu sa vue pour essayer de sauver celle qui lui a donné vie.

Il est vrai qu’il y a eu une véritable prise de conscience après l’événement de Fukusima. Mais ce n’est toujours pas suffisant. Faire des efforts, oui ! Mais il ne faut surtout pas que cela dérange notre petit quotidien et notre petit confort. Il est temps d’agir.

L’énergie nucléaire ainsi que le traitement des déchets de cette dernière sont nocifs autant pour l’Homme que pour l’environnement. Il faut faire quelque chose maintenant avant qu’il ne soit trop tard. 

2.      Description

Le nucléaire couvre 35.2% de nos besoins en électricité en Suisse en 2012. Les autres sources d’énergies sont les centrales thermiques, les installations photovoltaïques, les installations au biogaz, le chauffage au bois et les éoliennes. Source ?

Le nucléaire se produit d’une fusion de l’Uranium 238 ainsi qu’un assemblage d’Uranium 235. Tout d’abord, les neutrons viennent séparer l’U238 qui multiplie les rayons radioactifs qui envoient d’autres neutrons qui vont de nouveau séparer de l’U238. Ensuite, il y a l’U235 qui absorbe les neutrons et ce dernier finit par se transformer en plutonium. Et tout ceci crée l’énergie nucléaire.

Ce qui différencie l’U238 et l’U235 est le nombre de neutron que possèdent l’un et l’autre. Tous deux possède 92 protons mais l’U238 a 146 neutrons qui fait qu’il est « fertiles » tant dis que l’U235 en a 143 et c’est pourquoi qu’il se casse en deux. 

Une centrale nucléaire fonctionne avec un système de chauffage d’eau et de refroidissements de cette dernière.  L’Uranium est placé dans des bassins d’eau, la  fusion nucléaire chauffe l’eau dans des réacteurs à 300° qui ensuite suit un autre circuit d’eau qui a une pression atmosphérique qui pour finir fait tourner des turbines à 400'000 volts, c’est ce qui est envoyé dans les circuits électriques.

  1. 1.    Le nucléaire dans le monde

Dans le monde entier, il y a 27 pays qui possèdent une ou des centrales nucléaires en 2013.

Voici les pays avec leurs nombres de centrales :

Etats-Unis       -   104

Suède       -    10

Afrique du Sud -  2

France             -    58

Espagne   -     9

Argentine           -  2

Japon              -    (1) *

Belgique    -     7

Arménie             -  1

Russie             -    32

Canada     -      6

Brésil                 -  1

Royaume-Unis -   23

Suisse       -      5

Estonie              -  1

Allemagne        -   17

Bulgarie     -      4

Lituanie             -  1

Inde                  -   16

Finlande    -      4

Mexique            -  1

Ukraine            -   15

Hongrie     -      4

Pays-Bas          -  1

Chine               -   13

Pakistan    -      2

Roumanie         -  1

* Arrêt de la centrale récemment.

En 2012, le nucléaire couvrait 74.8 % des besoins en électricité, en France. Comme quoi avec notre petit pourcentage, il serait simple de sortir de cette mauvaise énergie. Il faut juste le vouloir et s’en donné les moyens.

En ce moment, on récence 9 pays à posséder au minimum une arme nucléaire. Les voici :

  • En tête de liste, nous avons la Russie avec 3'000 têtes nucléaires,
  • Ensuite, les Etats-Unis avec 2'200,
  • Après, la France avec 300,
  • Puis, la Chine avec 200,
  • Pour continuer avec Israël possédant le même nombre que la Chine,
  • Poursuivant avec l’Inde qui en a 100,
  • En avant dernière, le Pakistan qui sont au même niveau que l’Inde,
  • Et pour conclure, la Corée du Nord  avec 10.

Pour qu’un pays soit considéré comme un pays conteneur d’armes nucléaires, il doit remplir trois critères un peu flous :

  • Suffisamment de matière pour en crée une,
  • Avoir fabriqué une arme expérimentale,
  • Et réaliser un essai nucléaire.

Une armée nucléaire est une arme à destruction massive. Il existe deux types d’armes nucléaires. Le premier est la bombe A, c’est une bombe à fusion et la deuxième est la bombe H, une arme à fusion thermonucléaires.

 La fabrication d’une armes nucléaires est à base d’U235 à 0.72%, d’U238 à 99.3% et une fraction d’U234. L’uranium est transformé en UF6  (uranium transformé en cristaux tétrafluorure, puis en hexafluorure). On insère l’Uranium non- transformé dans une centrifugeuse où on y insère l’UF6 sous forme de gaz. La centrifugeuse enrichit l’Uranium. Pour une utilisation militaire, il faut un enrichissement de minimum 90% tant dis que pour une utilisation civil, il suffit de 3 à 5%. Il faut 22 kg d’U235 enrichit ou 5 kg de Pu 239 (plutonium). Voici le mélange hautement explosif et radioactif.

4. Les centrales nucléaires suisses

4,1. Situation géographique et particularités de chaque centrale

En Suisse, nous possédons 5 réacteurs dans 4 centrales nucléaires :

  1. Beznau 1 et 2
  2. Gösgen
  3. Leibstadt
  4. Mühleberg

A : Beznau 1 est la plus ancienne des centrales suisses, elle date de  et Beznau 2 de 1971. Elles se situent dans l’Aar, qui refroidit directement les centrales. Ces centrales sont exploitées par NOK (nordostschweizerische Kraftwerke), c’est la plus grande entreprise productrice d’électricité.   

Elles fonctionnent  24h/24h pour produire 6 milliards de KWH d’électricité par an à eux deux. Ce qui couvre les besoins en énergie pour environ 18'000 habitants.

B : Gösgen a été  construite en novembre 1979. Elle se situe entre L’Aarau et Olten. C’est la seule centrale à atteindre les 1'000 MW. 

Elle fait l’objet de beaucoup de rénovation, ils veulent la faire perdurer jusqu’à 60 ans de vie. Sa production est de 8 milliards de KWH d’électricité, elle nous procure 1/7 de la production suisse.

C : Leibstadt est la plus grande centrale nucléaire de notre pays en approvisionne plus d’un million de personne par jour. Elle démarra le 15 décembre 1984. Elle se situe sur la rive du Haut-Rhin. 

D : Mühleberg est la plus petite des centrales, inaugurée en 1972. Elle se trouve près de Berne et c’est d’ailleurs l’Aare qui refroidit les turbines. Elle stabilise le réseau de l’Ouest de la Suisse, elle donne un coup de main aux plus grandes centrales. Elle fournit du courant 24/24H à une même stabilité. 

4.2 Les déchets nucléaires en Suisse et leur traitement

Les déchets nucléaires provenant des centrales nucléaires représentent 59 % des déchets nucléaire radioactifs mais il y a également une partie soit 26% qui vient de la recherche, 11% de l’industries et 1 % provienne de la médecine.

Les déchets radioactifs sont classés selon deux critères :

  • Déchets de haute activité (les éléments sortant directement de la fusion nucléaire, ce sont des éléments hautement combustibles),
  • Déchets faiblement et moyennement radioactifs.

Dans un premier temps, les déchets nucléaires sont stockés dans des entrepôts de leur propre centrale. A la fin 2007, il y avait 3'455 m3 de déchets entreposés. Ensuite, ils sont conduits dans un autre conteneur temporaire dans le centre de Zwilag à Würenlingen depuis 2010. Ce centre ne prend non pas seulement les déchets des centrales nucléaires mais également ceux de l’industrie, de la médecine ainsi que ceux de la recherche. A la fin de 2007, il y avait déjà 920 m3 de déchets radioactifs dans le centre. 

La Confédération possède également un entrepôt de stockage intermédiaire avant que les déchets ait dans le centre de Zwilag, en 2007 enrécence 1'385 m3 de déchets. 

Les scientifiques sont en train de chercher à une solution de stockage des déchets nucléaires pour le long terme. Les chercheurs du monde se sont mis d’accord. Le moyen le plus sûr que ce soir pour l’environnement que pour l’Homme est celui d’entreposer ses déchets dans des couches géologiques profondes. C’est un projet accepté mondialement. 

Il existe déjà un laboratoire du nom de Nagra qui étudie la question depuis 20 ans à Grimsel. Apparemment ses roches riches en cristallines devraient être le lieu le plus sûr pour pouvoir entreprendre se stockage final.

Pour ce stockage final, on entrepose les déchets par catégorie dans des conteneurs sécurisés. Par la suite, on conduit ces derniers dans des tunnels qui amènent dans des cavernes d’entreposage. Ces lieux se situent entre 300 mètres et 900 mètres de profondeur. Cette profondeur dépend de la radioactivité du déchet :

  • 300 à 500 mètres de profondeur pour les déchets faiblement et moyennement radioactif,
  • 500 à 900 mètres de profondeur pour les déchets hautement radioactif

Il est prévu que les générations à venir puissent rouvrir les conteneurs. Voici un schéma qui montre le trajet des déchets pour atteindre leur dernier lieu.

5.    L’arrêt des centrales nucléaires en Suisse

5.1  Les votations et pour quand

L’énergie nucléaire a toujours fait partis de la politique suisse mais malgré ces deux grands avantages (peu couteux et émet peu de co2), l’incident de de Fukusima a permis au Parlement de penser différemment.

En juin 2011, le Parlement souhaiterait mettre fin au centrale nucléaire par rapport à leur ancienneté d’ici 2034 :

  • Beznau 1 pour 2019,
  • Beznau 2 ainsi que Mühleberg pour 2022,
  • Gösgen pour 2029,
  • Leibstatdt pour 2034.

Mais Doris Leuthard parle également d’exploité les centrales tant que la sécurité peut être garantie. C’est pourquoi le parti politique des Verts a mis en place une initiative pour qu’une loi soit inscrite sur l’arrêt des centrales avec une date fixe et sûr. Elle a été déposée à la Confédération, le 16 novembre 2012 avec 108'000 signatures.

Cet arrêt estime une hausse des prix de l’électricité de 0,4 à 0.7 % du PIB (produit intérieur brut) soit une hausse de 2.2 à 3.8 milliards de France suisse. Cependant, le coût pour reconstruire une nouvelle centrale est de 6 milliards de Franc suisse. Ce qui va entraîner une hausse de prix dans les ménages de 10 à 15 %. Il faudra donc un effort des citoyens suisses autant les ménages que les entreprises d’une baisse de leur consommation d’électricité.

Même avec les énergies vertes, il manquerait surement une petite partie pour compenser l’énergie nucléaire d’après le Parlement. C’est pour ceci que l’argovienne voudrait construire 5 à 7 centrales à gaz pour compléter ce manque. Mais ces centrales ont un immense désavantage, elle émet énormément de co2. Notre qualité d’air est déjà mauvaise, ça ne ferait qu’empirer le problème. Ce n’est, non plus, pas logique de résoudre le problème nucléaire pour créer un autre problème. La conseillère se préoccupe trop de la sécurité de l’humain sans se soucier de l’écologie alors que la santé de la Planète est, également, la nôtre. 

Une centrale à gaz fonctionne avec une turbine à gaz et une autre de vapeur. Ça se produit en deux phases :

  1. Tout d’abord, on compresse l’air en y ajoutant du gaz naturel. Cette première turbine à une température d’environ 1350 ° qui fait tourner la deuxième turbine.

La fumée produite par la phase numéro 1 avec une température de 600° s’enfile dans la turbine qui va la transformer en vapeur. Ensuite, pour finir, elle est conduite dans un condensateur.

5.2. Sondages et leurs analyses

J’ai réalisé un petit sondage sur 20 sujets. Etonnamment, les 20 personnes étaient d’accord sur le faite qu’il fallait arrêter un jour ou l’autre le nucléaire. Il y a également un accord sur le fait que la Suisse n’est pas encore prête avec subir ce changement. Il y a clairement un manque de préparation par rapport aux paroles dites du Parlement.

Le questionnaire se présentait ainsi :

  1. Que pensez-vous du nucléaire ? Bonne ou mauvaise chose ?
  2. En 2012, le nucléaire couvrait 35.2 % de nos besoins en électricité, pensez-vous que ce pourcentage peut être couvert par des énergies vertes (hydrauliques, solaire, etc.) ?
  3. Pour ou contre l’arrêt des centrales nucléaires en Suisse ? Pourquoi ?

Ma moyenne d’âge est 25-30 ans et le métier qui revient le plus est gestionnaire du commerce de détail.

La réponse qui revient le plus souvent pour la question numéro 1, est un avis partagé. Ils trouvent cela mauvais pour le long terme mais qu’effectivement pour l’instant, on en a besoin.

Pour la question numéro 2, nous avons un « oui » générale qui revient. Il y a tout même un avis, un peu moins de la majorité qui a ajouté qu’il fallait que la Confédération s’en donne les moyens.

Il y a un 100% pour l’arrêt des centrales suisses de la question numéro 3. Il n’y pas d’avis partagé.

5.    Conclusion

Pour conclure, je crois que mon avis a été suffisamment claire au long de mon travail. Je suis pour une Planète qu’on respect, qu’on protège et qu’on aime donc je suis contre toute sorte de dégradation contre elle. Bien entendu, je sais qu’il nous faut des choses qui sont mauvais, malheureusement, ses choses sont devenus obligatoires dans notre vie de tous les jours, c’est ainsi que l’Homme a évolué. Ce sont des mauvaises habitudes de la société d’aujourd’hui qui font partie intégral de notre petit confort quotidien. Je suis bien consciente de ses faits.

C’est pour cela que je trouve que faire quelques petites choses pour notre Terre ne représente pas grand-chose pour tout ce que nous lui avons fait subir. Sans elle, nous serions rien, il ne faudrait pas l’oublier. 

 

 

 

 

×